Patrick LARIBLE au conseil municipal de La Rochelle du 11 octobre sur le projet d’un dépôt d’engrais liquide

Intervention de Patrick LARIBLE au conseil municipal de La rochelle du 11 octobre

Sur le projet d’un dépôt d’engrais liquide – Sté SISP – demande d’autorisation d’exploiter

Au-delà de l’étude d’impact et de dangers , il faut distinguer la forme et le fond de ce projet

La méthode et la procédure apparaissent un peu confuses pour les riverains :

Le permis de construire  délivré par la  ville (normes techniques) se fait sans réflexion  et examen du fond du projet

L’autorisation d’exploiter dépend de la Préfecture, après enquête publique et avis du conseil municipal La rénovation de trois  cuves et l’ajout de 2 autres cuves portent la capacité de stockage à 13.510  m3

L’extension des cuves génère  de nouveaux flux de 150.000 t/an à 250.000 t/an (augmentation de 2/3)

L’expédition  se fera par camion  de 40 à 130 camions par jour (trafic x 3) selon les périodes de l’année

Position des élus écologistes

Il faut une approche globale sur les 3 ports principaux de la façade atlantique alors qu’il n’y a eu ni échanges, ni informations, ni concertation. La question de quel développement du port nous souhaitons à court, moyen et long terme n’est jamais posée.

Quels sont les besoins réels ?

  • L’industriel anticipe une augmentation de la demande d’engrais azoté  ce qui sous tend un maintien et même une augmentation de l’agriculture intensive
  • C’est pérenniser une monoculture céréalière car les effets de la PAC font que l’on a fortement diminué l’élevage en Poitou-Charentes
  • Les conséquences risquent d’être particulièrement néfastes pour tous :
    • Baisse de la qualité et de la quantité des ressources en eau
    • Une agriculture moins utilisatrice de main d’œuvre et donc moins d’emploi dans le milieu rural
    • Baisse de la qualité des productions et conséquences durables sur la qualité de l’alimentation et de la santé

Nous espérons bien par ailleurs un changement rapide de la PAC  et

donc une baisse des  besoins d’engrais issus des produits pétroliers

  • Le problème  du transport par camion et non par train  augmente les risques d’accidents et  aussi de pollution tout en contribuant à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre

Conclusion :

Ce projet ne va pas dans le sens d’une reconversion écologique de l’économie.

La Préfecture nous demande notre avis sur l’autorisation d’exploiter … nous aurions préféré que les deux grands axes (rénovation, extension) soient présentés séparément .Nous disons donc oui à la rénovation des cuves mais non à l’extension de cette exploitation.

N’ayant pas la possibilité de faire ce choix, nous VOTErons CONTRE CE PROJET

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :